Marque : Modèle :
Dossiers > Modeles numeriques

Réparer un appareil soi-même, est-ce possible ?

'appareil photo en panne'J'avais acheté un Fuji 2800 en panne, pour la carte-mémoire qui l'accompagnait. Il était en piteux état, décapité de son objectif... en 2 morceaux.

Dommage, car j'aurais bien voulu savoir ce que pouvait donner ce zoom 38-228 (6x);
Je me suis donc lancé dans cette réparation, n'ayant vraiment rien à perdre, si ce n'est un peu de temps, mais beaucoup à apprendre, et de quoi satisfaire ma grande curiosité.

Je me lance donc dans la réparation (résurection ?) de cet appareil (Quand je pense qu'il avait couté 679 euros chez Fnac, et que son propriétaire me l'a cédé pour 20 euros).

Le problème est donc que le fut mobile de l'objectif est deboité de l'appareil, suite à une chute. L'appareil ne porte pas d'autre stygmate de cet incident.

''Après observation, je me dit que la seule façon de le remettre en place est de démonter la partie fixe de l'objectif, ce qui ne peut se faire que par l'intérieur.

Avant de commercer tout dévissage, le prépare un petit receptacle pour les vis: il doit offrir une dizaine d'alvéoles. Sur une feuille, faire une liste, chaque ligne correspondant à une alvéole. Au cours du démontage, placez les vis dans une alvéole différente et noter sur la liste la position ou la pièce fixée par la vis.

Je commence donc à dévisser les quelques vis apparentes de la carrosserie. Attention, il faut impérativement un tournevis cruciforme de précision, et de bonne qualité.

Afin de retrouver l'ordre de montage des éléments,  j'ai pris rapidement des photos de chaque phase. Malheureusement, ces photos n'avaient qu'un but de mémorisation, et sont d'une qualité médiocre. Ce sont elles qui illustrent cet article

.

''Ces premières vis permettent de fixer la demie-coque arriere de l'appareil. Elle resiste un peu, mais c'est juste un clips dans la partie supérieure. ''L'appareil est donc ouvert:
On voit l'écran, le viseur électronique, et quelques circuits imprimés (CI).
Tous ces éléments sont fixés sur la demie-coque avant, en plastique elle aussi. Sur des appareils plus haut de gamme, on trouvera un vrai chassis usiné, en résine, ou en alliage léger (voire magnésium), synonyme de robustesse et de rigidité.

''Attention : Des précautions sont ncessairespour  les appareils munis d'un flash interne. En effet, le condensateur qui stocke l'énergie du flash peut être chargé, et prêt à libérer une décharge de haute tension si vous toucher ses bornes. Au mieux, c'est une bonne chataigne (electrocution), au pire, un arc electrique qui detruira quelques composants du circuit imprimé.
Sur la photo ci-contre, le condensateur est le cylindre noir en haut à gauche. Le toucher est sans danger. Par contre, ne pas toucher ses soudures sur la face opposé du circuit imprimé. L'idéal est de le décharger préalablement. Or, même si l'appareil fonctionne, cela est rarement possible car la recharge est immédiate après l'envoi d'un flash. On peut décharger le condensateur, avec précaution, au travers d'une ampoule 220 volts, par exemple.

Pour acceder � la partie objectif, il faut retirer tous les éléments listés ci-dessus.
''L'écran est juste clipsé.
A l'aide d'une petite pince (brucelle), je déconnecte les différents cables des éléments. On trouve aussi des cables en nappe souple. Le repérage de ces connecteur n'est pas nécessaire, car souvent ils utilisent des couleurs différentes (partie male et femelle sont de la meme couleur);

''Je dévisse donc chacun des CI, empilés comme un mille-feuilles, en prenant une photo à chaque étape (faites-le, vous ne le regrettez pas).

Tous les éléments, une fois dévissés, viennent facilement; jamais je n'ai eu à forcer.

'capteur'Une des vis de l'objectif était cachée par le CI du capteur. J'ai donc démonté ce dernier.
Ce fut l'occasion d'en tirer le portrait, avec sa belle surface irrisée. Attention, à manier avec grandes précautions, la moindre rayure étant fatale !


'objectif'Vient le tour du porte-objectif. Celui-ci démonté, j'ai pu y remettre en place, toujours sans forcer, la partie mobile. Une observation des parties fonctionnelles des 2 éléments m'a permis de connaitre le bon calage d'origine.

Il ne restait plus qu'à remonter tous les éléments.
Veillez, avant montage, qu'il n'y ait aucune poussiere sur le capteur. Au besoin, les chasser avec une poire, jamais en soufflant dessus, ni en l'essuyant.

Les petits connecteur de type cable se placeront facile, un détrompeur empéchant de les connecter � l'envers.

Pour les nappes souples (celle de l'objectif ci-dessus, par exemple), on trouve 2 types de connecteur. Le premier, simple, nécessite de pousser pour enfoncer à force la nappe; une pince est nécessaire, peu dentée pour ne pas abimer la nappe.

'connecteur de nappe'L'autre variante de connecteur possede un systeme de verrouillage. Ce sont les 2 petits taquets noirs visibles sur la photo. En tirant sur la nappe, vous les aviez deverrouillés. Avant d'enfoncer la nappe, (fleche orange), tirer sur chacun des taquets (fleche rouge). Aprés avoir enfoncé la nappe, repousser les taquets.

Soyez soigneux dans le travail de connexion. La majorité des pannes rencontrées sur les apn proviennent de faux-contacts. (on retrouve la meme cause de problemes dans l'automobile).

''Au passage, je vous présente le viseur électronique, particularité de cet appareil. C'est un écran, plus petit avec une définition double (110.000 pixels).

On remet les dernieres vis, 4 piles, une carte-mémoire, et c'est l'instant de vérité. Premier soulagement, l'appareil s'allume en mode affichage. Je passe en mode photo, l'objectif sort.
Je regarde dans le viseur, l'image est nette; un cliché, tout est normal.
Je tente le zoom maxi, qui sort docilement. Cliché, normal.
Après différents tests, et à ma surprise, l'appareil fonctionne correctement ! Pourtant, je pensais que la précision requise par l'optique ne tolérerait pas le travail d'un amateur.
Aucune pièce détachée ne fut nécessaire, heureusement car les prix sont prohibitifs.
D'après la revue "Chasseur d'Image", nov 2005, le montant moyen d'une réparation est de l'ordre de 350 euros (appareil reflex ?).

6 commentaires.    




















ysnow

2006/10/31 23:32
suite a une petite chute, mon leica digilux prend des photos une fois sur deux. Que se passe t'il? Merci.
Modération
Zenographie

2006/10/31 08:31
Juste un petit "truc" d'électronicien en passant : lorsque je me livre à des opérations chirugicales de ce type, et compte tenu du nombre important de vis différentes, je n'utilise pas la technique de la "petite boite compartimentée" de l'auteur de l'article (autrefois, on utilisait des boites de péloche 24x36... nostalgie). Le truc consiste à tapisser une boite avec du scotch double-face (même bas de gamme, c'est pour un usage limité dans le temps). Les vis peuvent alors être "posées" sur ce tapis collant, par groupes précis (vis du dos, vis de la première carte électronique etc etc). Même une boite compartimentée peut parfois "voler" sous l'effet d'un geste brusque, d'un fil de fer à souder qui se tend, d'un chat qui passe... La boite autocollante, elle, peut tomber sans répandre son contenu. En outre, la récupération des pièces est bien plus aisée et rapide. Pour l'histoire du condo flash, je préfère utiliser une résistance du genre 10 Ohms 15 Watts. C'est amplement suffisant. Ne JAMAIS court-circuiter les broches du condensateur. Certaines électroniques utilisent parfois des condensateurs chimiques au tantale, techno qui ne supporte pas une décharge rapide : les électrodes se cristalisent, et le composant se met en conduction. Flash foutu. Photographiqument votre
Modération
moimoix

2006/10/17 22:58
J'ai ouvert mon APN pour le réparer, suite à un ensablement. J'ai touché les contacts du Flash. Je vous assure que ça secoue grave! Surtout avec la fonction Yeux rouges: deux ou trois séries de décharges qui remontent jusqu'au coude, et paf, la grosse décharge qui remonte jusque au cerveau. Du coup l'APN a traversé la pièce et est allé s'éclater contre le mur, j'ai meme pas fait exprès. Je me suis chopé une veritable electrocution au 220 une fois, eh bien je vous garantis que la sensation est quelque peu similaire, même si les dégats ne sont pas les mêmes) Si les Jackasseries vous tentent, y'a de quoi bien rigoler..!
Modération
Fab28

2006/08/14 21:30
Pour vider le condensateur, le meilleur moyen est de faire partir le flash dans le noir de préférence pour qu'il parte en pleine puissance, puis d'éteindre tout de suite l'appareil mais bien souvent le flash va se recharger quand même. La meilleure procédure serait d'ouvrir la trappe des piles ou d'enlever la batterie dans la seconde où le flash est parti afin d'empêcher le condensateur de se recharger. Le condensateur se décharge effectivement avec le temps mais très lentement. Il ne sera toujours pas vide si l'appareil n'a pas été allumé pendant 6 mois et ne se contente pas d'être dangereux pour l'homme, il peut aussi rendre un flash hors d'usage si l'on ne l'entretien pas… Tout cela mériterait un article sur le thème du flash, je vais voir ce que je peux faire pour condenser (car c'est de ça qu'il s'agit) toutes ces infos.
Modération
Photocote

2006/08/14 11:24
On peut voir ce condensateur sur la 5eme photo, il porte une petite marque violette. Fab, ton commentaire interessant meriterait un article à lui tout seul. Je dois avouer que je n'avais pas pensé à ce danger, mais l'appareil etant rangé depuis 2 ans, le condesateur avait du se decharger tout seul. Sinon, quelles sont les methodes pour le decharger sans risque et pouvoir travailler sur son appareil ?
Modération
Fab28

2006/08/14 01:08
Je souhaitais donner une information très importante concernant le démontage d'un appareil photo. En effet, parmi tous les composants de votre appareil, il y en a qui est particulièrement dangereux pour votre personne. Celui-ci porte le nom de condensateur et sera indentifiable le plus souvent par sa forme de cylindre ressemblant par sa taille à une pile alcaline. Son rôle est de transformer les 3 ou 6 volts de l'alimentation de votre appareil en un très haut voltage de minimum 300 V et plus de 600 V pour certains flashes qui vont être stocker puis être libérer lorsque vous aller utiliser le flash. Il y a donc un très gros risque d'électrocution qu'il ne faut pas prendre à la légère sachant que des intensités beaucoup moins élevées peuvent être mortelle pour certains individus. Il est important de comprendre qu'un condensateur reste charger même si on enlève les piles avant d'entamer le démontage. L'électrocution peut se produire quand on touche un circuit imprimé soit directement avec la peau mais aussi avec tout objet conducteur. L'erreur la plus grave que vous pourriez commettre serait de mettre en contact les deux bornes du condensateur ce qui pourrait en plus de l'électrocution causer l'explosion du condensateur. Un dernier conseil qui concerne les enfants : Beaucoup de parents souhaitent conserver un appareil jetable usagé ou un appareil hors d'usage pour que leur enfant joue avec. Sachant qu'à la moindre chute l'appareil risque de s'ouvrir et permettre à l'enfant d'être en contact avec une partie de l'électronique de l'appareil, il est impératif pour leur sécurité que cet appareil ne dispose pas d'un flash. Merci de m'avoir lu et prenez soin de vous.
Modération



Article suivant: Votre lien-retour vers Photocote / Argus-Photo.fr
Article précedent: Compensation de l'exposition

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami












A propos de cet article
Profil de Argusphotoinfos Article de Argusphoto.
Informaticien reconverti, passionné d Internet et de photographie.</BR>Webmaster du site Argus-photo.fr</BR>
site web site web

N° Article : 73
Article lu 36431 fois.
Créé le 17-06-2006 à 22h01.
Modifié le 01-11-2006 à 12h03.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles